logo_sherlock2021

Musée des Confluences – Sur la piste des Sioux

par | Mar 3, 2022 | Juste l'actualité du Grand Lyon

Le Musée des Confluences nous propose une exposition temporaire jusqu’au 28 août 2022 intitulé « Sur la piste des Sioux ».

Notre imaginaire les a longtemps désignés comme « les Indiens d’Amérique ». Récits de voyages, cinéma et romans, spectacles ou même bande dessinée ont largement contribué à cette dénomination et à la diffusion d’une certaine image de l’Indien. Sur la piste des Sioux remonte aux sources de cette représentation, en Europe et en France.

Depuis les premières rencontres jusqu’à la culture populaire contemporaine, en passant par le célèbre Buffalo Bill’s Wild West, spectacle diffusé en Amérique puis en Europe entre 1883 et 1912, ou le village indien installé à Bruxelles en 1935 en marge de l’Exposition universelle avec un ensemble unique de costumes lakotas, Sur la piste des Sioux interroge la construction de nos images des cultures indiennes. Le parcours confronte également nos représentations occidentales à la situation des Indiens, sur leurs terres d’origine, selon les époques, pour mieux déconstruire la vision caricaturale qui les a longtemps accompagnés.

Une certaine image de “l’Indien d’Amérique”
Tipi, plume, bison, calumet de la paix, flèche, tomahawk, coiffe…
Aujourd’hui encore, ces mots sont parmi les plus cités par les Français pour décrire les cultures des populations natives de la moitié nord du continent américain*. Les récits de voyage puis les œuvres picturales, les spectacles de folklore et le cinéma ont façonné cette image stéréotypée. Au cours de cette longue construction iconographique, l’Indien des Plaines, particulièrement le Sioux, a pris peu à peu une place centrale, au point d’incarner, à lui seul, « l’Indien d’Amérique ».

Parcours et scénographie

Sur la piste des Sioux s’ouvre par un diorama, qui plonge le visiteur directement dans l’imaginaire collectif stéréotypé de la figure de l’Indien d’Amérique. Deux bisons naturalisés côtoient un tipi où s’animent des silhouettes d’Indiens en ombre chinoise.
Les premières représentations
Le parcours débute par une section beaux-arts d’une cinquantaine de pièces : peintures, gravures, sculptures, lithographies, photographies, livres ou périodiques.

  • Les coulisses des Wild West Shows
    Une photographie de l’entrée du chapiteau à Villeurbanne, en 1905, invite à découvrir les coulisses des shows, depuis le départ des Indiens pour l’Europe jusqu’à l’installation des campements et des arènes.
  • L’arène
    Tout est prêt pour vivre le spectacle. Des films d’époque encadrent une collection de plus de 150 pièces : coiffes, vestes, gilets perlés, parures ou objets rituels, documentée par des photographies du village indien de Bruxelles.
    Évoquant le sable et le mouvement dans l’arène, le sol contribue également à l’expérience de la visite.
  • Les coursives
    Deux coursives longent l’arène. L’une est consacrée à Buffalo Bill et à ses tournées européennes, la seconde à l’Exposition universelle de Bruxelles en 1935.
  • La culture populaire et le western
    L’image des Indiens véhiculée par le show et ses affiches gagne progressivement les foyers français au travers de la publicité et de la culture populaire (chromolithographie, bandes dessinées…). Dans l’espace cinéma, une mise en scène audiovisuelle interroge l’évolution du regard du cinéma hollywoodien. Un témoignage de l’artiste lakota Arthur Amiotte conclut le parcours. Arrière-petit-fils d’acteurs des Buffalo Bill’s Wild West, il en utilise les codes et les images d’archives dans ses créations artistiques.
  • Un parcours parallèle : les bornes multimédias
    Tout au long de l’exposition, des bornes multimédias font dialoguer les étapes de la construction de
    la représentation de l’Indien, en Europe, avec l’histoire de la condition des nations indiennes en Amérique du Nord, entre repères chronologiques, cartographies et analyses de représentations massivement diffusées sur le territoire américain.

 

Tant que vous y êtes, n’hésitez pas à découvrir (ou re-découvrir) les magnifiques expositions permanentes du Musée des Confluences : « Origine – les récit du monde »« Espèces – la maille du vivant »« Société – le théâtre des hommes » « Eternité – vision de l’au-delà » « Galerie Emile Guinet »

* Enquête sur les représentations des Indiens d’Amérique du Nord en France, musée des Confluences / CREDOC 2020.

#lyon #museedesconfluences #sherlockimmo #exposition

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.