logo_sherlock2021

Quel type de vente immobilière choisir ?

par | Avr 5, 2022 | Juste de l'immobilier

Les différentes ventes immobilière

On ne le sait pas toujours, mais il existe différentes solutions pour céder son bien immobilier.

Selon votre projet de vente, vos attentes personnelles, vous pouvez être amené à préférer une vente à réméré ou bien une vente en viager à une vente immobilière classique par exemple !

La vente immobilière classique, un incontournable

C’est la technique de vente la plus répandue et celle à laquelle on pense immédiatement lorsque l’on souhaite mettre en vente son bien. Ce type de vente peut être réalisé via un professionnel (environ 70% des ventes en France), une agence immobilière par exemple, à qui l’on confie son bien et qui va prendre en charge les différentes formalités, les visites, le dépôt de l’annonce, la rédaction du compromis de vente…
Mais il est également possible de vendre son bien seul autrement dit de particulier à particulier (environ 30% des ventes en France). Dans ce cas, il faudra alors estimer son bien, réaliser les diagnostics techniques obligatoires, mettre en vente celui-ci, effectuer les différentes visites, choisir le futur acquéreur en fonction de son profil, signer une promesse de vente ou un compromis de vente et au terme signer l’acte définitif de vente devant un notaire.
Pour faciliter ce type de vente, faire appel à un agent immobilier peut donc être une excellente solution si vous n’avez pas de temps à y consacrer. Lors de la signature de ce type de mandat, il faut toutefois compter la commission du professionnel qui oscille en général entre 5 et 7 % du prix de vente.

La vente en viager, une solution qui connaît un nouvel essor

Même s’il est envisagé comme une solution aléatoire, ce type de vente connaît ces dernières années un regain d’intérêt surtout pour le vendeur qui peut recevoir une rente – un versement d’argent – tous les mois sans pour autant quitter son bien. Il existe deux types de vente en viager : libre ou occupé.
Vous pouvez soit quitter les lieux et vendre votre bien en viager libre afin de recevoir une rente régulièrement ou vous pouvez aussi choisir de continuer à occuper les lieux. Outre la somme qu’il doit verser périodiquement, l’acquéreur devra aussi prendre en charge les différents frais et travaux du bien. Dans le cas d’un bien encore occupé, il faut prévoir une décote de 25 % en moyenne. L’option choisie doit impérativement être indiquée sur l’annonce et le contrat de vente. Cela peut être une excellente solution pour qui veut encore occuper son logement et recevoir une certaine somme d’argent régulièrement.
Le vendeur reste protégé en cas de non-paiement – ce qui peut annuler tout simplement la vente.

Les autres types de cession immobilière

Selon vos attentes personnelles, vous pouvez être amené à choisir un autre type de cession immobilière :

  • La vente aux enchères immobilières : la vente aux enchères immobilières est une pratique courante de la justice, notamment pour les biens saisis. Cependant, les particuliers peuvent également profiter de ce type d’évènement pour acheter ou vendre un bien immobilier.
  • La vente à réméré : Il s’agit d’un contrat de vente qui cède un bien immobilier à une personne. Mais à la différence des autres types de contrats de vente, celui-ci va contenir une clause spécifique stipulant le droit au vendeur de racheter son bien dans un délai maximum de 5 ans ou 60 mois. Cette restitution pourra se faire contre le règlement de la somme reçue et de certains frais.
  • L’échange de biens : comme son nom l’indique, l’échange de biens consiste à récupérer un bien immobilier en l’échangeant contre son propre bien. Il s’agit d’un contrat d’échange signé devant un notaire. Les deux biens peuvent naturellement être de même valeur, mais aussi de valeurs différentes.
  • Le legs : léguer son bien immobilier permet d’en assurer la transmission aux personnes souhaitées. Pour cela, la rédaction d’un testament est indispensable. Théoriquement celui-ci permet au testateur de léguer ce qu’il souhaite à la personne de son choix. Cependant, il convient de ne pénaliser aucun héritier.
  • La donation : il est possible de commencer à transmettre ses biens immobiliers de votre vivant. Le choix d’un don de son vivant permet d’accéder à certaines exonérations (abattement plus important, possibilité de renouveler le don tous les 15 ans) auprès du notaire. C’est donc une bonne solution, si vous souhaitez transmettre un bien à des membres de votre famille tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse.
0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.